CommunicationSeniors D2 : Bientôt la reprise

29 décembre 2020
https://fc-talence.com/wp-content/uploads/2020/07/Patrice-ASSOUVIE-1.png

Dans la série, “Petit à petit on espère voir le bout du tunnel”, la parole est donnée à Patrice ASSOUVIE, entraîneur de nos séniors B.

.

Comment as tu organisé le suivi de ton équipe durant cette longue pose due au Covid  ?

On s’est adapté à la situation, le protocole sanitaire, c’est à dire qu’on avait déjà par rapport au début de saison évalué le niveau des joueurs donc on a juste essayés d’être dans la continuité de leur niveau actuel et on a fait un programme individuel pour chacun avec des retours assez récurrents pour entretenir le lien avec les joueurs, ce qui est important. Ils avaient déjà réussis à établir le programme que on avait fait, un programme hebdomadaire et on avait des retours et par rapport à ça on essaye de calibrer la programmation qui est essentiellement physique donc c’était le plus gros du boulot par rapport à cette période.On était vraiment axés sur la partie athlétique, on essayait comme je leur ai dit surtout de perdre le moins possible.

.

Pour la reprise des entraînements et de la compétition quel est le programme ?

On a eu une visioconférence avec la ligue qui statuait sur une date théorique qui est le 7/8 février. On s’est calé par rapport à cette date théorique en disant que on va repartir sur un mois de préparation avant la compétition, en essayant d’être plus axé sur le ballon avec le retour des sensations techniques et collectives. Donc il faut remettre tout ça en ordre pour le joueur parce qu’il a perdu ses repères par rapport à ça et monter en régime juste avant le début de la compétition.

.

Quels sont les inconvénients dus au Covid sur votre équipe ?

L’inconvénient c’est un peu à l’image de ce qu’on vit socialement c’est-à-dire que l’objectif de l’entraîneur c’est de créer un groupe mais qu’avec le confinement cette dynamique se casse Donc on se bat pour créer un groupe, des habitudes de groupe, un format de groupe et à la fin on retrouve cette dynamique donc il faut trouver une autre approche pour arriver à recréer du lien entre les joueurs, avec le staff et du lien même avec le club, d’où les communications que on a sur les formats réseaux comme WhatsApp. Il y a aussi eu des pertes athlétiques et techniques, on ne va pas se mentir, les joueurs qui étaient en télétravail avec un peu plus de temps mais ceux qui continuaient à travailler normalement, c’était plus complexe car en plus il s’est ajouté le couvre-feu donc ça restreint le temps qu’ils ont donc pour certains il y a de l’entretien musculaire mais ça ne remplace pas tout le travail d’aérobic, de coordination et de motricité.
Le football est un jeu qui se fait l’un par rapport à l’autre, donc si on a pas ce lien entre 2 joueurs ça devient compliqué alors sur 11 joueurs c’est encore plus difficile.

.

Qu’est ce qui te plaît le plus en tant qu’entraîneur ?

Ce qui me passionne c’est de transmettre ce que j’ai eu la chance de vivre, en tout cas les émotions, le savoir qu’on a pu me transmettre. J’avais une vision du foot en tant que joueur, j’en ai une autre en tant qu’entraîneur qui correspond à celle que j’avais en tant que joueur donc je pense que le fait de transmettre ce que moi j’ai pu vivre ou ce que j’ai aimé vivre, aux joueurs est important et j’espère que les joueurs le ressentent.

.

Quelle est cette vision du football que tu as ?

C’est un football qui transcende toutes les origines, toutes les barrières. C’est-à-dire que grâce au foot on arrive à faire des choses qui sont pas prévues. C’est cette forme d’imprévu qui me passionne dans le foot c’est-à-dire qu’on ne peut pas dire qu’une équipe a plus de chance de gagner, tout est possible, tout est sublimable et c’est même mon état d’esprit. Je ne pense pas qu’il y ait d’avance une prédestination. Je pense que cette prédestination se construit à travers un groupe, à travers le mental, à travers les expériences et ça amène à réaliser de grandes choses et c’est ça que j’ai aimé vivre en tant que joueur et que j’aimerais que mes joueurs puisse aimer vivre. Il y a plein de facteurs qui peuvent en décider, il y a le lien qui nous unit et qui dépasse même le cadre du foot, c’est-à-dire la camaraderie, l’amitié, l’entraide, toutes ces choses-là qui amènent à un moment donné à se dire que on va faire plus que ce dont on était capable à priori de pouvoir faire et c’est vraiment cette transcendance qui nous amène à faire des résultats ou pas même, une expérience tellement belle que à la fin on en oublie la défaite.

.

Un dernier mot pour toutes les personnes qui suivent le club ?

Si je peux orienter les gens à regarder le club du FC Talence c’est qu’il est en train de se construire on a la volonté de se construire se dynamiser et d’apporter les choses intéressantes que ce soit pour la ville ou pour les jeunes licenciés au club et que au fur et à mesure on passe des paliers, donc on a besoin de toutes les bonnes volontés locales dans un premier temps pour venir participer à ce projet parce que vraiment on a ce qu’il faut en terme d’infrastructures, même en termes de volonté, de compétence autour aussi, sportives et administratives donc à partir de là on a maintenant besoin d’un élan local qui nous amène à aller encore plus loin que là où on est aujourd’hui. De nous soutenir, de continuer à nous suivre et de continuer d’avancer ensemble.

.

Merci Patrice, le message est passé… 🙂

Rdv dans quelques jours pour la suite des retours coachs 😉

Johan CIRET